Fotolia_87770011_XS

Le coup de foudre est un amour d’emblée entier, qui remet en cause l’existence même des êtres qu’il frappe.

Comme envoûtés, ils ne suivent plus les étapes normales du processus qui génère l’intimité et la connaissance de l’autre, propres à la naissance classique d’une relation.

L’effet de surprise court-circuite la réflexion et sidère la pensée. C’est comme un choc physique, un coup sur la tête qui change les couleurs, les formes. On ne contrôle plus rien, on est propulsé sur orbite sans cesser de tourner. En un instant, les amoureux se sentent seuls au monde, sans repères ; comme si les autres n’existaient subitement plus, une brûlure intense – une merveilleuse douleur – les consume.  Vous êtes envoûté par une odeur, un parfum, une voix, plus rien d’autre n’existe… Cet élan fusionnel repose sur un ensemble de désirs satisfaits simultané­ment :

Complicité, humour, sensualité, sexualité, générant une complétude absolue ; le bonheur à l’état pur, un mélange d’aspects fascinants et effrayants, une mise en magie du destin, un brusque condensé des rapports de la vie et de la mort. C’est-à-dire qu’inconsciemment chacun des parte­naires croit se trouver en relation avec un autre lui-même, un jumeau, une image idéale de lui : anima/animus réunis, unicité, complétude …

Mais le coup de foudre n’est pas qu’un tête-à-tête narcissique, c’est aussi une rencontre paroxystique pendant laquelle l’autre nous touche car, soudainement, il nous apporte ce qui nous manque. Et comme nous n’en avons pas conscience, cet autre devient un Dieu.

Personne n’est à l’abri du « coup de foudre », la foudre peut frapper n’importe qui, n’importe quand. Et le plus souvent, elle tombe sur ceux qui s’y attendent le moins. Ils en sont si surpris qu’ils subissent de plein fouet ce grand chamboulement d’amour.

Cette relation fusionnelle peut commencer le premier jour, dès la première minute de la rencontre. Sinon elle prend effet généralement dans le premier mois qui la suit. Elle peut durer de trois à six mois, ou beaucoup plus, voire deux à trois ans.

Et à chaque fois que vous entamerez une nouvelle relation amoureuse, même si vous avez déjà dépassé cette phase dans d’autres relations, vous y reviendrez systématiquement. Il vous sera simplement plus facile d’en sortir.

Dans ses aspects positifs, vous vous sentez plus vivant, plus en contact avec tous les aspects créatifs de votre vie. Peut-être vivez-vous une ouverture spirituelle en étant plus conscient de la beauté autour de vous et en vous. Vous êtes plein d’espoir.

Vous pouvez être euphorique, ou, au moins excité par de nouvelles possibilités. Vous vous amusez. Vous avez comme l’impression de vivre sur un petit nuage rose ...

Tout cela est très positif et vous devez le savourer, le célébrer.

Cependant, dans ses aspects négatifs, vous pouvez manquer de lucidité sur le fait que votre partenaire n’est pas véritablement compatible avec vous, et vous plonger dans les profondeurs de la relation trop tôt, ou avec la mauvaise personne. Cela peut vouloir dire que votre relation cessera plus ou moins brutalement et que vous risqueriez d’en souffrir.

Que faire ?

Profitez et jouissez de l’expérience, amusez-vous. Ne perdez pas votre temps à imaginer un futur commun dans l’immédiat, restez au présent. Prenez le temps de vous connaître.

Si vous êtes faits l’un pour l’autre, il n’y a pas vraiment de raison de s’empresser, vous avez une vie à vivre ensemble. Et s’il s’avérait que vous n’êtes pas vraiment compatibles, vous vous épargnerez bien des peines.

On a bien tort dans une nouvelle relation amoureuse d’être soumis à l’éventuel futur – générant peurs et angoisses – au lieu de vivre pleinement son présent, de savourer chaque heure qui passe. Et quand c’est passé, c’est trop tard ! (Lire le chapitre II – Apprendre à vivre son présent dans « Le Bonheur aussi ça s’apprend » par Annie Nogueras, Editions Lanore 2008).

Une fois que c’est passé, que ne donneriez-vous pas pour revivre vos premiers mois (émois) d’amour, n’est-ce pas ?

Toutefois, trop de fusion :

  • C’est aussi ressentir le manque,  lorsque l’être aimé n’est pas là,
  • Ressentir le doute et la jalousie,
  • La peur d’être abandonné (peur inconsciente de revivre une nouvelle fois l’abandon de la naissance),
  • C’est également risquer d’être envahi par l’autre, ou d’envahir l’autre, qui se sentira étouffé par une telle relation.
  • Mais cette période fusionnelle ne peut pas durer. Vous le savez (même si lorsque vous la vivez, vous ne voulez pas le croire) dans le meilleur des cas, elle ne dépassera pas trois ans.

Alors, profitez-en !

Extrait du livre de Annie Nogueras, « Les Secrets des relations amoureuses », éditions Lanore, mars 2016.

Livre maintenant disponible en librairie, à la FNAC ou AMAZON ou sur notre site :

http://annie-nogueras.fr